Musc – Claire Poirson

Titre : Musc

Auteure : Claire Poirson

Editeur : Editions Ex-aequo

Résumé :

Quel est le féminin de « muse » ? Il n’y en a pas. La muse est nécessairement femme ; c’est ce que nous inculque la langue française. Et depuis Pétrarque, c’est ce que l’histoire poétique a choisi de garder.
L’histoire de la poésie a été écrite par des hommes et avec des hommes. Les femmes sont les objets de l’amour, les muses, celles qui attendent patiemment leurs poèmes, sans fournir trop d’efforts si ce n’est celui d’être belles et bien parées. Mais où sont donc Sappho, Marceline Desbordes-Valmore, Rosemonde Gérard et Louise Michel ? Des femmes qui écrivaient l’amour et la liberté, des vivantes, pas des objets sur une étagère. Et si nous refusions de jouer le jeu ?
Quel est le féminin de « muse » ? J’ai opté pour « musc » : le musc est un parfum animal, entêtant, curatif, excitant. Ce recueil est un ensemble de textes dédiés à quelques-uns des hommes qui ont jalonné ma vie : de la rencontre d’un soir à l’amour passion, de l’érotisme brut à l’amour doux, j’ai voulu y témoigner de mon histoire de femme. Je remercie mes muscs de m’avoir prêté leurs plumes.

Mon avis :

Je remercie tout d’abord l’auteure Claire Poirson et les Editions Ex-aequo pour leur confiance lors de ce service presse.

Quel plaisir de découvrir le monde poétique de l’auteure Claire Poirson. Elle joue de la langue française avec beaucoup de dextérité et nous entraîne dans des poèmes très sensuels.

Ce recueil est partagé en quatre parties : le feu, l’air, l’eau et la glace comme les quatre éléments fondamentaux de la vie.

Elle nous distille ses expériences avec les hommes qui ont partagé sa vie de façon furtive ou plus sérieuse, qu’ils l’ont aidé à définir les sentiments amoureux qu’elle peut encore ressentir aujourd’hui.

Ces poèmes sont une belle ode à la masculinité, mais aussi à l’amour que l’on peut éprouver en leur présence.

L’auteure nous distingue les différents sentiments passant de la passion à la haine, aussi rapidement que du sexe à la rupture.

Merci pour ce recueil de poèmes où l’homme a pour une fois une place prépondérante, ce qui change de nos lectures habituelles.

J’adorerais rencontrer l’auteure car j’ai senti un humour assez caustique et j’aimerais bien vérifier cela.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s