Perte de contrôle – Camille Chardon

Titre : Perte de contrôle

Auteur : Camille Chardon

Editeur : Libertine Editions

Réservé à un public averti

Résumé :

Camille, provincial marié à la vie bien rangée, se décide, à l’occasion de quelques jours de solitude, à enfin rencontrer Margot la Maîtresse parisienne qui hante virtuellement ses nuits depuis très longtemps. Pendant ces quelques 55 heures à travers Paris, sa vie va basculer au fil des manipulations, des surprises et des rencontres que sa Maîtresse lui a réservées. Mais dans ce tourbillon ce n’est pas juste sa vie qui va prendre un nouveau tournant, mais celles de trois autres personnes avec qui il va former un quatuor sensuel et sans tabou.

Mon avis :

Je tenais tout d’abord à remercier l’auteur Camille Chardon et Libertine Editions pour leur confiance lors de ce service presse.

Petite nouvelle de 150 pages qui va vous faire vivre à cent à l’heure 55 heures de débauches sexuelles, de soumission et de domination parisienne.

Camille monte à Paris pour un week-end endiablé et pour rencontrer en réel, sa Maîtresse Margot. Mais en voulant passer du virtuel à la réalité, il va se rendre compte que le tourbillon vécu à ses côtés, lui ouvre les portes d’une boite de Pandore dont il ne soupçonnait pas l’existence.

Accompagnés de nouveaux camarades de jeux, les multiples séances vont défiler sous nos yeux voyeurs et provocateurs et vous ne pourrez rester insensible aux exercices très personnels de Margot.

Accrochez vos ceintures, c’est parti pour des montagnes russes très caliente où la découverte de nouveaux jeux va transformer les différents protagonistes de ce roman à tout jamais.

Etes vous prêts à ouvrir cette boite ? où l’indécence et le plaisir sont rois… Amusez-vous bien !

La collègue – Camille de Sixe

Titre : La collègue

Auteur : Camille de Sixe

Editeur : Libertine Editions

Réservé à un public averti

Résumé :

Quand Nicolas intègre le conseil départemental de l’Essonne, il devient le subordonné d’une très belle femme qui fait rêver tous les hommes : Julie. Celle-ci, froide au départ, se révèle plus amicale par la suite. Nicolas se laisse séduire, même s’il se rend compte qu’il a affaire à quelqu’un de polarisé sur son pouvoir de séduction et sur son ascendant sur la gent masculine. Incapable de résister, il va en tomber fou amoureux et fera tout pour devenir son amant. Julie se révélera la femme de tous les désirs et de toutes les folies au cours d’une passion sexuelle vénéneuse sans limites. Toutefois, à cause de l’attitude de la jeune femme, aussi sexy que perturbante, Nicolas ne cessera jamais de courir après un idéal qui semble toujours lui échapper : l’amour de Julie.

Cette histoire, réellement vécue par l’auteur, fait écho à un fantasme courant. Qui n’a jamais rêvé d’une aventure torride et secrète avec sa plus belle collègue de travail ? Ce fantasme, Nicolas a réussi à l’accomplir. Dans La Collègue, trahisons, jalousies, expériences sexuelles excitantes, conflits et réconciliations torrides sont au programme. Camille de Sixe, dans un souci de vérité totale, ne laisse aucune place à l’imagination en décrivant très précisément les situations, et notamment la réalité sexuelle, telle qu’elle s’est vraiment déroulée, sur un ton débridé qui n’exclut aucun détail croustillant.

Mon avis :

Je tenais tout d’abord à remercier l’auteur Camille de Sixe et Libertine Editions pour leur confiance lors de ce service presse.

Fantasme par excellence, la collègue de travail suscite toujours beaucoup d’émois et de tensions sexuelles à l’intérieur d’une entreprise, ou en l’espèce dans une administration.

C’est ce que va nous décrire l’auteur à travers ce roman autobiographique. Il nous entraîne dans des descriptions très détaillées qui vous donneront très chaud, des scènes explicites, parfois cocasses, mais qui ont été narré avec aussi beaucoup d’humilité.

L’auteur nous plonge dans une sorte de huis-clos mi sexuel mi amoureux, où les sentiments de jalousie, de haine peuvent détruire tout sur leur passage.

Au fil des pages, Nicolas devient comme drogué à Julie, incapable de reprendre le bon sens de sa vie. Elle lui a harponné le cœur, il est comme sous son emprise et l’on a même du mal à savoir si elle est si bénéfique pour lui.

Bien sûr, l’aspect sexuel et débridé de leur relation ne fait aucun doute, mais en voulant davantage, il s’enferme encore plus dans une relation qui devient toxique pour lui, et qui au fil des pages s’effrite.

L’auteur a une plume très délicate et même si quelques scènes sont plutôt crues, j’ai dévoré ce livre en un rien de temps.

Haeresia – Hannah Stazya

Titre : Haeresia

Auteure : Hannah Stazya

RESERVE A UN PUBLIC ADULTE AVERTI

Résumé :

Elle avait rêvé du grand amour… pensait son avenir tout tracé… une maison, deux enfants, un chien, une carrière… mais ça c’était avant !
Léah, 38 ans, journaliste de métier, est désormais addict à d’autres rêves qui riment avec légèreté, indécence et noirceur… voire quelques sentiers plus sanglants…
Oui, sa noirceur, sa compagne de toujours, est le pilier le plus stable de sa vie… du moins, jusqu’à ce que sa vie de débauche bascule et l’entraine dans des sables mouvants encore plus sombres, allant jusqu’à bousculer ses certitudes…

Entre le bien et le mal, la vie et la mort, le silence et les cris, il est des plaisirs qui dérangent et des âmes qui vous guettent…
Haeresia… Car nul ne peut détruire la Noirceur ; la Lumière en pâtirait…

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier l’auteure Hannah Stazya pour sa confiance lors de ce service presse.

À chaque livre de l’auteure que je débute, je me demande toujours ce qu’elle va être capable de nous sortir, car pour avoir de l’imagination, je vous jure qu’elle n’en manque pas.

Et alors là, elle frappe un grand coup, je pense même que l’on peut obtenir son internement en asile psychiatrique en urgence, à moins que ce soit nous qui devenions fous, à ne plus la lire.

Mais où va-t-elle nous chercher tout cela ?

Dans son dernier ouvrage, à la couverture et au titre très énigmatique, l’auteure nous plonge dans un monde où se mêle érotisme, débauche et diablerie.

Oui, oui ! Il y a bien tout cela dans son roman et si Léah, personnage féminin principal nous apparait aux premiers abords, une jeune femme tout à fait sensée, on va vite s’apercevoir qu’elle est psychologiquement dérangée.

Mais ne vous y méprenez pas, l’auteure sait aussi jouer avec nos nerfs, et même si, sur fond de sensualité exacerbée, elle nous plonge dans la noirceur de l’âme humaine, c’est pour mieux corrompre nos esprits ensuite.

Ne vous attendez à aucun bad boy , ni aucun riche homme d’affaires qui aurait envie de soumettre la jeune demoiselle, mais venez plutôt rencontrer le prince des ténèbres, qui va vous réchauffer le corps en un instant.

Entre irréel et vérité, il n’y a qu’un pas, mais serez-vous capable de l’entendre ? Bonne lecture.

Le voleur d’âmes – Jean Dardi

Titre : Le voleur d’âmes

Auteur : Jean Dardi

Editeur : Inceptio Editions

Résumé :

Onze disparitions de fillettes. Aucun indice. Il n’en fallait pas plus pour réveiller la psychose parmi les habitants. On se regarde désormais en chien de faïence, on se soupçonne, on se dénonce…

Le jour où un douzième corps est retrouvé, les gendarmes demeurent pétrifiés d’effroi à la lecture du rapport d’autopsie.

En désespoir de cause, on dépêche sur place le commandant de police Stéphanie Derochelle, alias « La Louve » – membre d’une nouvelle unité de police spécialement créée pour ce type d’affaires insolubles.

Alors que les disparitions se poursuivent, parviendra-t-elle à dénouer enfin les fils de l’énigme ?

Notre avis :

Je tenais tout d’abord à remercier l’auteur Jean Tardi et Ophélie d’Inceptio Editions pour leur confiance lors de ce service presse.

Glaçant d’effroi ! Je trouve que cela résume à la perfection mon état à la fin de ma lecture.

Premier livre que je lis de cet auteur, sa plume m’a transportée du début jusqu’à la fin.

L’intrigue est ficelée d’une main de maître et le final tellement perturbant que vous n’en croirez pas vos yeux.

Un sujet très délicat à aborder avec la disparition de jeunes fillettes où les descriptions de leurs sévices pourront vous faire froid dans le dos.

Amateur de sensations fortes, vous allez vous régaler, pour les autres, passez votre chemin, l’auteur envoie du lourd et il nous présente l’âme humaine dans le pire de ses immondices.

Un personnage principal époustouflant en la personne du commandant de police Derochelle, que tout le monde surnomme « la louve ». Et je peux vous dire qu’elle porte son nom à merveille.

N’ayant ni règle, ni code de bonne conduite, elle prendra tous les risques pour élucider cette enquête qui provoque un certain émoi dans la région. Toucher aux enfants d’une ville, c’est comme profaner l’humanité toute entière.

Un thriller palpitant, qui ne nous laissera aucun répit pour reprendre notre souffle, une cavalcade dans la noirceur de la psychologie humaine que je recommande les yeux fermés.

Sous son emprise T2 – L’éducation – Eva Adams

Titre : Sous son emprise – Tome 2 – L’éducation

Auteure : Eva Adams

Editeur : Evidence Editions – Collection Enaé

Résumé :

Louise voyage en Russie pour honorer un gros contrat professionnel. Accompagnée de Paul, son ex-mari, elle va devoir partager ses journées entre son travail et les états d’âme de son associé, et Bella, la soumise en formation qui va apprendre à se comporter comme il se doit.

Loin de chez elle, loin de Coben, elle doute, craint de ne pas être à la hauteur. Ici les hommes sont très pointilleux sur les codes et les femmes tellement dociles.

Comment arrivera-t-elle à assimiler tout cela en si peu de temps ?
Et surtout, au bout du chemin, est-ce qu’enfin Coben lui passera son collier autour du cou ?

Mon avis :

Enfin la suite tant attendue est là !!! Les aventures de Louise et Coben sont disponibles et comme à mon habitude, je me suis jetée à corps perdu sur le nouvel opus d’Eva Adams.

Quel plaisir de retrouver ces personnages si emblématiques du premier tome et quelle hâte de savoir ce qu’il advient de son parcours de soumise novice.

Pour ce second tome, L’auteure nous entraîne dans un voyage époustouflant en Russie, où se mêlent rancœur et découverte.

En effet, Louise, accompagné de son ex-mari, avec qui elle garde des liens professionnels, ne le supporte plus. Elle essaye par tous les moyens de temporiser les élans de ce dernier, mais il reste très tenace.

Heureusement, Maitre Armand a sollicité une personne très énigmatique pour la protéger, mais aussi pour l’éduquer à son nouveau rôle de soumise. Ce dernier risque de ne pas vous laisser de marbre non plus, comme beaucoup de personnages masculins d’Eva.

Nous vivons donc au fil des pages, un apprentissage où tous les rudiments de la soumission lui sont inculqués et si vous connaissez déjà la plume d’Eva, vous savez qu’elle excelle dans ces descriptifs.

Tout au long de notre lecture, nous sommes en immersion complète avec les personnages, Louise parfait son éducation auprès de gens très scrupuleux, et aucun faux ne lui sera accordé.

Le chemin de la soumission est chaotique, mais pour obtenir le collier tant désiré autour de son cou, Louise sera-t-elle capable de tout accepter ou s’effondrera-t-elle à la moindre anicroche…

La plume d’Eva, comme à l’accoutumée, enveloppe son lectorat dans une lecture parfois sensuelle et le plus souvent indécente, mais il est tellement agréable de voir son personnage principal évoluer de la sorte.

Certes, la belle Louise nous apparaît encore plus tourmentée que dans le premier tome, mais aussi plus décidée à rendre fière son dominant, et c’est cette force de caractère qui a plu à Coben dans le premier opus.

Un final à la hauteur de nos espérances, même si j’espère qu’une suite sera prévue pour les amoureux de ta plume Eva et de tes histoires.

Parce que l’amour ne meurt jamais – Olivia Kincaid T2 – Hélène Caruso

Titre : Olivia Kincaid 2 – Parce que l’amour ne meurt jamais

Auteur : Hélène Caruso

Résumé :

Il m’a utilisée. Il m’a blessée. Il m’a brisée.

Je n’aurais jamais dû offrir mon cœur à Caleb comme je l’ai fait.

Idiote !

Cette trahison m’a ouvert les yeux et j’ai tout plaqué.

Exit New York, les PDG arrogants, les amis qui te poignardent dans le dos et les célébrités superficielles.

Welcome Miami, le soleil, la mer et les enfants qui ont besoin que je m’occupe d’eux et de leurs traumatismes.

C’est étonnant comme les évènements peuvent prendre un tournant inattendu, parfois.

Collaborer avec la police n’était pas prévu.

Rencontrer le lieutenant Carter Jones n’était pas prévu.

Me faire kidnapper par un tueur en série n’était pas prévu.

Et si, finalement, mon destin était scellé depuis le début ?

Mon avis :

Quel plaisir de retrouver Olivia dans ce tome 2. Au vu de la fin prévue par l’auteure dans son tome 1, j’avais hâte de connaître quel sort elle avait prévu pour son héroïne.

Même si Olivia est blessée, meurtrie par son passé, elle a aussi son caractère de conquérante et elle nous prouve dans ce second opus qu’elle n’a qu’une idée en tête se relever et avancer dans la nouvelle vie qu’elle s’est construite.

Mais pensez-vous vraiment que l’auteure va vous laisser tranquille au bord de l’océan avec une belle petite romance toute plate ? C’est mal la connaître. Elle est pire que dans le tome 1. Elle nous maltraite comme elle sait si bien le faire et l’intrigue qu’elle a mise en place dans son premier tome va aller crescendo dans le second jusqu’à des révélations explosives.

Un autre personnage va faire son apparition, celui de Carter, un flic emblématique qui va vous procurer quelques chaleurs mesdemoiselles.

Et surtout, faites attention aux apparences, Hélène Caruso pourrait écrire un thriller tellement son imagination est débordante.

Quand le passé va ressurgir, Olivia devra faire des choix : entre passion et tumulte, entre amitié désabusée et amour nouveau, entre rebondissements et frissons garantis, son cœur balancera pour qui ?? Saura-t-elle donner une chance à son passé ou préfèrera t’elle tourner la page pour toujours ?

A vous de le découvrir et venez vite me dire après votre lecture si vous êtes Team Carter ou Team Caleb !!!

Pour ma part….. chut !!! je ne vous dirai rien….il n’y a que l’auteure qui saura !!!

I just wanna live – Siobhan Gabrielly

Titre : I just wanna live

Auteure : Siobhan Gabrielly

Résumé :

Quand Independence Day bouleverse davantage de vies…
Georgia, Addison et Merill évoluent dans des univers totalement différents. La première est une institutrice s’apprêtant à divorcer, la seconde, une avocate à l’ambition démesurée, et le troisième est un joueur vedette des Giants de San Fransisco sur le point de se fiancer.
Leurs destins vont pourtant se croiser et même se retrouver liés à jamais.

Un cœur, brisé, un cœur de pierre, un cœur malade, la Californie possède-t-elle le pouvoir de tout réparer ?

Mon avis :

Second livre que je lis de cette auteure, j’adore me plonger dans ses romans bourrés d’humour, mais aussi d’amour.

Avec « I just wanna live », elle ne déroge pas à ses principes et vous a concocté une belle romance comme on les aime. Alors installez-vous dans votre canapé ou sous votre couette, un bon chocolat chaud avec chamallow et c’est parti pour la lecture.

Vous allez rencontrer des personnages complètement atypiques :

  • des américains qui ne voient que par leur sport national : le baseball et cet engouement peut se prolonger sur plusieurs générations, vous le comprendrez très vite.
  • Un joueur de baseball complètement décalé par la vie de tous les jours et qui a largement pris le melon.
  • Une avocate qui ne pense qu’à son travail et qui ne prend pas de temps pour elle.

Vous me direz mais qu’ont-ils en commun ? Eh bien je me suis dit la même chose tellement ils étaient aux opposés… mais il arrive dans la vie qu’un lien se crée avec des gens, par la force du destin…

Et quel destin. Celui-ci changera les gens au plus profond de leurs êtres et c’est une belle leçon de vie que nous offre l’auteur.

Avec une romance parfois très épicée, Siobhan nous plonge dans une très belle histoire avec des personnages hauts en couleur, une Georgia qui n’a pas sa langue dans sa poche et qui ne compte pas se laisser faire. Elle a du tempérament et sa bande de copine n’est pas en reste.

Quant à Merill, que dire à part que vous allez forcément succomber à cet ours qui va au fil des pages s’adoucir, je vous le promets.

Ce livre m’a valu quelques belles rigolades et j’ai hâte de goûter au Paddington, n’est-ce pas Gaëlle !

Vous voulez une romance pas prise de tête, mais avec une belle morale alors laissez vous tenter vous ne serez pas déçus.

La corde de mi – Christian Guillerme

Titre : La corde de mi

Auteur : Christian Guillerme

Editeur : LBS EDITIONS

Résumé :

Si la musique adoucit les moeurs, que se passe-t-il quand un inconnu impulsif et criminel s’introduit au sein d’un groupe de Rock parisien?

Un huis clos éprouvant, dans cette partition écrite comme un prélude, un prélude à l’enfer.   

Des rockers parisiens sont tués dans des circonstances mystérieuses et non élucidées.
Quatre ans plus tard, un étrange personnage se présente à une audition d’un groupe en quête d’un chanteur, pendant laquelle il adopte une attitude inquiétante avant de disparaître.
Un soir, l’inconnu revient et s’introduit dans le studio du groupe. L’histoire, macabre, va-t-elle se répéter ?  
Alors que, poussé par une vengeance personnelle, il engage une action d’extermination de tous les êtres humains présents entre les quatre murs, il va être confronté à la détermination et la volonté de survivre d’un des musiciens.

Mon avis :

En lisant le roman « la rock star du thriller » de Nelly Topscher, j’avais besoin de comprendre l’engouement des gens pour ce livre « la corde de Mi » de Christian Guillerme.

Ma lecture terminée, je ne peux qu’acquiescer aux innombrables commentaires positifs sur ce roman et plus encore même…

Pourtant pas forcément fan des thrillers, je me suis lancée dans la lecture de ce livre un peu réticente je dois bien l’avouer. Pourtant, en découvrant le résumé, mon cœur s’était arrêté de battre, la couverture a fini de me convaincre.

Loin de mes romances guimauves et bisounours, je décidais de laisser mes aprioris de côté et de découvrir l’univers littéraire de l’auteur.

Musicien dans l’âme, Christian Guillerme nous entraîne dans une enquête captivante où tout est présent pour passer un super moment. Il mélange avec ardeur ses deux univers que sont la musique et le thriller et le résultat est à la hauteur de nos espérances.

Vous lirez ce roman comme dans une bulle où il y a peu d’oxygène, vous aurez envie d’hurler pour prévenir les protagonistes des drames qui vont leur arriver mais surtout vous n’aurez qu’une envie : arriver à la dernière page pour découvrir le final grandiose que vous a prévu l’auteur.

Mais ne vous précipitez pas, dégustez votre lecture car chaque page contient des indices importants, chaque chapitre vous entraine dans les méandres de la noirceur humaine mais au rythme de la musique, vous découvrirez une enquête hors du commun qui ne pourra vous laisser de marbre. Un puzzle rondement mené où chaque pièce a son utilité.

Bravo Christian pour ce magnifique polar. J’ai du coup hâte de te relire à nouveau.

À vot’bon cul – Les scribouillards de Moulinsard

Titre : À vot’ bon cul

Auteurs : Les scribouillards de Moulinsard

Résumé :

Ils ne pensaient être là, tous les six, que pour un week-end de rire, de détente, de fess’tivités… Six amis Scribouillards, au caractère bien trempé, à l’humour approximatif et à l’esprit pervers…
Mais, derrière ce portail, comme coupés du monde bien-pensant, au cœur de ce lieu dénommé « Moulinsard », c’était sans compter sur une bien étrange légende qui les propulserait dans une autre dimension ! A moins qu’il ne s’agisse d’une Malédiction…

Humour, érotisme, folie, mystère… Aurez-vous le courage et l’audace de passer le seuil de Moulinsard ???

Notre avis :

Je tenais tout d’abord à remercier les scribouillards de Moulinsard pour leur confiance lors de ce service presse.

Vous ne connaissez pas encore les auteurs qui composent les scribouillards de Moulinsard ? Alors je vous présente Hannah Stazya, Vince Do, Liza Do, Lety Densons, Gil B et Emilie C Priarnel. Ce sont six amis qui ont décidé un jour pas comme un autre d’écrire un roman tous ensemble.

Oui, oui, vous avez bien entendu, tous ensemble. Leur livre est un douze mains ! C’est du jamais vu. On connaissait les recueils de nouvelles où chaque auteur écrit une histoire, mais là ils se sont lancés le défi d’écrire à six une seule histoire.

Je referme le livre et je peux leur dire que le défi est clairement réussi. SI vous les connaissez personnellement, certains traits de caractères vous rappelleront forcément des personnages atypiques qui composent ce groupe.

Ils nous entraînent dans une histoire complètement rocambolesque où l’érotisme et l’humour se mêlent à la perfection.

Cherchez qui à écrit les différents chapitres sera un bon exercice, mais pas si simple. Je connais les écrits personnels de chacun des auteurs et même moi je n’ai pas trouvé toutes les réponses.

Ils vous embarquent à Moulinsard, lieu de perdition où il se passe de drôles de choses, mais est-ce le fruit de notre imagination ou la pure vérité. Une malédiction frappe-t-elle cet endroit ?

Pour le savoir, à vous de découvrir le secret de ces six auteurs aussi déjantés les uns que les autres.

Des profondeurs je crie vers toi – Sébastien Jullian

Titre : Des profondeurs je crie vers toi

Auteur : Sébastien Jullian

Editeur : Evidence Editions

Résumé :

Andy, un jeune garçon de dix ans, tente de tracer son chemin aux côtés de sa mère Sarah, et Mouchy, voisine complice qui veille sagement sur eux. Un beau tableau de famille, s’il n’y avait la présence de Fred, un beau-père alcoolique, drogué et narcissique, qui leur fait vivre un enfer. Un matin d’hiver, un drame se produit et Andy plonge dans un coma indécis.

C’est là que tout débute…

Y a-t-il un lien avec les affaires de Patrice et Esther, deux enfants qui ont vécu des expériences similaires il y a presque cinquante ans ? Qui est ce mystérieux voisin qui emménage dans une propriété énigmatique peu après cet accident ?

Si Dieu peut entendre nos prières, le Diable peut-il y répondre ?

Notre avis :

Quelle merveille !

J’ai eu le plaisir de rencontrer l’auteur au salon du livre de Pusignan en septembre 2021 et c’est toujours autant un plaisir. Parler avec lui de ses romans est très enrichissant, il nous explique comment il a construit ses différents livres, comment il effectue ses recherches et ses discussions en sont encore plus passionnantes.

C’est le troisième livre que je découvre de cet auteur, et à chaque fois il met la barre encore plus haut.

Dans son dernier roman, il nous emmène dans un thriller angoissant, percutant et complètement terrifiant où il met en exergue les violences familiales et les conséquences de ces dernières. Et je crois que c’est ce sujet choisi qui m’a encore plus bouleversé que d’habitude.

Nous rencontrons un petit garçon Andy, d’une dizaine d’années, auquel vous allez vous attacher dès le départ, vous aurez envie de l’arracher des mains de son bourreau et de faire cesser toutes ces manipulations psychologiques.

Mais comme tout lecteur, vous resterez impuissants devant la barbarie humaine et vous ne pourrez qu’assister à la descente aux enfers de ces enfants.

J’ai le cœur serré en écrivant cette chronique, car même si l’auteur s’est servi d’une base d’un thriller pour nous conter cette histoire, les scènes sont décrites avec tellement de réalisme que cela fait froid dans le dos.

Sébastien Jullian a une plume très addictive, il arrive à nous faire voyager dans son univers très sombre, en y mêlant également avec brio, un peu de mysticisme.

Les premières pages sont glaçantes d’effroi, la suite du roman l’est encore plus !

Etes-vous prêts à rencontrer le diable en personne ! Mais faites attention, il est parfois là où on ne l’attend pas !